22 oct. 2017

"Ça", Stephen King


Editions LIVRE DE POCHE (2017)

VO : It (1986)

Genre : Aventure, Horreur

Selon nous : A partir de 14 ans

Résumé :

"Enfants, dans leur petite ville de Derry, Ben, Eddie, Richie et la petite bande du « Club des ratés », comme ils se désignaient, ont été confrontés à l’horreur absolue : ça, cette chose épouvantable, tapie dans les égouts et capable de déchiqueter vif un garçonnet de six ans…
Vingt-sept ans plus tard, l’appel de l’un d’entre eux les réunit sur les lieux de leur enfance. Car l’horreur, de nouveau, se déchaîne, comme si elle devait de façon cyclique et régulière frapper la petite cité.
Entre le passé et le présent, l’enfance et l’âge adulte, l’oubli des terreurs et leur insoutenable retour, l’auteur de Sac d’os nous convie à un fascinant voyage vers le Mal, avec une de ses œuvres les plus amples et les plus fortes."







MON AVIS : 

Amandine : ★★★★★

Je n'ai jamais voulu lire ce livre, par crainte. Mais, je suis allée voir le film paru récemment. Et... J'ai adoré ! Pendant plusieurs jours, je pensais aux aventures des membres du Club des ratés, je pensais à Ça... J'avais envie d'en savoir plus, de faire davantage leur connaissance. Alors j'ai décidé de me plonger dans l'ouvrage de Stephen King. Suite à la sortie du film, le livre a été réédité et ça tombait bien, je suis tombée amoureuse de la couverture ! (La couverture d'un livre est très importante dans mes choix de lecture !)

J'ai rapidement commencé ma lecture, et en même temps, a débuté ma fascination pour Ça.

Le livre est découpé en plusieurs parties, elles-mêmes entrecoupées de petits chapitres, ce qui rend la lecture assez dynamique. Il y a deux parties principales : les souvenirs et l'existence actuelle des personnages.

La vie des membres du Club des ratés m'a très vite captivé. Le fait d'avoir vu le film avant la lecture ne m'a pas dérangé, contrairement à ce que je craignais. J'ai pu faire certains liens entre les histoires et les personnages. 

La "première partie" est celle que j'ai préférée. Elle raconte chaque souvenir des membres du Club des ratés. Nous faisons leur connaissance lorsqu'ils étaient enfants et comment ils ont rencontré Ça, chacun leur tour.

L'ambiance générale du livre nous apparaît instantanément. On ressent vite un sentiment de malaise et d'angoisse. Les vies de Stanley, de Ben, de Bill, d'Eddie, de Richie et de Beverly ne sont pas banales, elles sont marquées par leur passé, par leurs rencontres avec Grippe-Sou le Clown Dansant. Certains personnages sont plus touchés que d'autres... Je pense notamment à Beverly. Les passages qui décrivent sa vie d'adulte m'ont presque donné la nausée. Ils font d'ailleurs partie des lignes les plus dures à lire, à mon sens. 

Grippe-Sou fait son apparition assez tardivement, vers la moitié du livre. J'aurais aimé le voir plus souvent. Néanmoins, je ne pense pas que Grippe-Sou soit réellement LE monstre. La ville de Derry est une ville polluée par le mal-être, le dédain et son atmosphère lugubre. Ça est-il responsable ? Ou bien est-ce le cœur pourri de la ville qui a attiré Ça ..?
Grippe-Sou prend la forme de nos peurs de les plus profondes, n'est-il donc pas finalement, un simple reflet de nous-même ? 

Le ton général du livre n'est pas la peur, encore moins la terreur. Mais c'est un livre étrange. Des choses banales deviennent dérangeantes. Même la relation entre les membres du Club des ratés, enfants, m'a questionné.  Beverly est décrite comme une jeune fille séduisante, presque sensuelle. Les garçons du groupe sont irrémédiablement attirés par elle, et leurs pensées peuvent être déplacées, voire sexuelles et érotiques. En prenant du recul, j'ai trouvé cet élément pervers, surtout venant d'enfants de 11 ans.
Beverly est au centre des aspects même de la perversion. Je pense notamment à la relation que son père lui impose. Stephen King cherche-t-il à faire passer un message ? A dénoncer quelque chose à travers la vie de Beverly ?  
Pour moi, ce n'est pas Grippe-Sou qui crée le malaise pour le lecteur mais bien la ville et ses habitants. 

Toutefois, le Club des ratés est un groupe soudés et solides. Certains passages du livre sont drôles lorsque le groupe des enfants est réunis. Je n'ai pas résisté au charme de Richie et de ses imitations. 

Enfin, la "deuxième" partie développe leurs vies d'adultes accomplies, vingt-sept ans plus tard. Les membres du groupe se retrouvent et font un premier pas vers leurs souvenirs d'enfants. J'ai été presque émue de découvrir la ville de Derry vieillie et abîmée. Je me suis rendue compte que Derry est présentée comme un personnage à part entière. 

Ça est un livre compliqué. Il faut voir au-delà du livre d'horreur ou d'aventure. C'est presque un livre philosophique mais je ne saurais pas l'expliquer... Je pense qu'il y a énormément de choses cachées entre les lignes de cette histoire. 
Lisez ce livre sans craintes, il ne fait pas peur. Il intrigue, il gêne. 

La toute fin du livre nous donne un aperçu de l'ambiance du second tome. Je suis pressée de le lire. Et je pense sincèrement que le Club des ratés va me manquer, en attendant. Je me suis beaucoup attachée à cette lecture, sans savoir pourquoi. 




17 sept. 2017

"Joyland", Stephen King


Chez  ALBIN MICHEL (2014)

Genre : Fantastique, Mystère

Selon nous : A partir de 14 ans

Résumé : " Les clowns vous ont toujours fait un peu peur? L’atmosphère des fêtes foraines vous angoisse? Alors, un petit conseil: ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d’orage."









MON AVIS

Amandine : ★★★★☆

La première chose que j’ai envie d’aborder concernant Joyland, c’est son résumé (en tout cas celui de l’Edition Albin Michel) : il n’est absolument pas révélateur de l’histoire. Je vais en rassurer certains et en démotiver d’autres mais dans ce livre, pas de clowns tueurs d’enfants à dents pointues, pas de marée de sang… Le résumé fausse énormément les premières attentes. Cela ne m’a pas dérangé car je n’avais pas envie d’une lecture du genre épouvante ou horreur mais je pense que certains lecteurs ont pu être déçus…

Le début de l’histoire est assez long, nous sommes dans la peau de Devin Jones et nous faisons doucement connaissance avec lui. Le fait que ce soit rédigé à la première personne et le mystère palpable m’a beaucoup fait penser à La Ligne Verte (chef-d’œuvre).

J’ai adoré l’atmosphère du livre : celle d’un parc d’attraction dans les années 70. Encore une fois, aucune étrangeté à la Freak Show comme je pouvais m’y attendre mais un parc comme nous pourrions en connaître aujourd’hui. Néanmoins, King nous présente l’univers forain avec ses subtilités et ses secrets.

Les personnages nous apparaissent facilement, je n’ai eu aucun mal à me plonger dans Joyland, avec eux.
Le suspense est palpable ; il va se passer quelque chose, mais quoi et quand ?

La fin est une grande surprise. Je m’attendais à une chute incroyable et finalement non. J’ai été étonnée qu’elle soit presque aussi prévisible. Il m’a manqué quelque chose lors des dernières pages. Mais cela ne m’a pas empêché d’adorer cet ouvrage, du début à la fin !

 Donc, n’ayez crainte : pas d’angoisses ou de grands frissons mais une très belle histoire, poétique et sensible, légèrement teintée de mystère. C’est un livre qui vaut le détour pour son écriture fluide et claire, son humour et son suspense. Je mentionnais La Ligne Verte précédemment et effectivement pour moi, c’est deux ouvrages se ressemblent beaucoup : King sait nous faire vibrer d’angoisse et d’horreur mais il sait également (et avec un incroyable talent) nous émouvoir, nous toucher avec une belle sensibilité.

Joyland est un beau livre, n’hésitez pas à plonger dedans ! 


14 déc. 2016

"Coeur de Loup", Katherine Rundell.


Chez GALLIMARD JEUNESSE (2016)

VO : The Wolf Wilder (2015)

Genre : Jeunesse, Aventure 

Selon nous : A partir de 12 ans

Résumé : "Féodora a grandi parmi les loups. Ils sont tout pour elle et, bientôt, elle deviendra maître-loup, comme sa mère. Mais ce destin extraordinaire est anéanti quand surgit l'armée du tsar, dévastant tout sur son passage. Alors que sa mère est faite prisonnière, l'intrépide Féo part avec sa meute à travers les forêts enneigées de Sibérie. Bravant l'ennemi, le froid, les tempêtes, elle est prête à tout pour la sauver..."














MON AVIS 

Amandine : ★★★★★

C'est un livre que j'ai découvert par hasard, il y a quelques semaines. La couverture, que je trouve superbe, m'a attirée. Et puis, un livre qui parle de loups passe forcément entre mes mains (ceux qui me connaissent savent mon amour pour les loups...) 

En le commençant, j'avais peur d'avoir déjà lu, de connaître ce genre d'histoire mais finalement, j'ai été surprise. Les événements prennent une tournure inattendue. 

Les personnages sont attachants et sympathiques. J'ai beaucoup apprécié Féo, avec son caractère bien trempé, comme je les aime. 

Cœur de Loup est un roman agréable à lire en hiver. Katherine Rundell nous fait voyager dans les grandes forêts sibériennes, elle nous plonge dans ces paysages avec savoir-faire et maîtrise. 

L'auteure a su préserver le caractère mystérieux et des sauvages des loups. Avec des détails, elle nous fait part de ses connaissances et c'est ce que j'ai particulièrement aimé dans son livre. Il m'ait déjà arrivé de lire des romans qui parlent de loups mais de manière floue et inadaptée. Avec Rundell, ce n'est pas le cas. Pour moi, c'est ce qui fait la force de ce livre. 

Le dénouement est passé trop vite, à mon sens. J'aurais voulu que l'auteure expose davantage les actions des personnages, à la fin ... Ce serait le seul point négatif à cette lecture. 

Coeur de Loup est un livre avec lequel j'ai passé un bon moment, plein d'émotions, d'aventures et de rencontres.


13 août 2016

"Elia, La Passeuse d'Ames" - Marie Vareille


Chez : POCKET JEUNESSE (2016)

Genre : Dystopie

Selon nous : A partir de 13 ans

Résumé :


" Elia est un Passeuse d'Ames, un être sans émotions. Elle doit exécuter ceux qui sont devenus des poids pour la société : vieux, malades, opposants... Mais un jour elle ne parvient plus à obéir aux ordres et s'enfuit dans la région la plus déshéritée du pays, là où les Passeurs d'Ames sont considérés comme les pires ennemis. Au plus profond d'immenses mines à ciel ouvert, Elia découvrira, telle une pépite, une destinée qui la dépasse."

















MON AVIS

Amandine : ★★★★★

Elia, La Passeuse d'Ame... Un livre que j'ai attendu et que j'ai espéré avoir entre mes mains, le plus vite possible. Après avoir attendu sa sortie pendant plusieurs mois, je l'ai enfin acheté. Mais je souhaitais le lire lors de mes vacances, pour pouvoir m'y consacrer pleinement.
Ce choix de lecture, a tout d'abord été justifié par la couverture, que je trouve superbe et par le fait que le personnage principal soit une jeune femme. Je raffole ce genre de livres.
Au bout de quelques lignes, je suis directement entrée dans l'histoire, dans l'univers. Et je n'ai pas pu lâcher les pages, j'ai lu cet ouvrage en quelques heures.
Elia est très différente de ce que j'imaginais. A sa découverte, c'est donc une surprise positive. J'ai beaucoup aimé me rendre compte de son évolution, de ses combats intérieurs.
J'apprécie le fait que ce livre soit une dystopie; je lis beaucoup d'histoire qui se déroulent au Moyen-Age et changer d'univers est plaisant.
Cet article est concis et c'est volontaire. Je peux difficilement en dire plus sans aller trop loin !
J'ai tellement aimé ce livre que je l'ai trouvé beaucoup trop court ... J'ai terriblement hâte de lire la suite ! Et dire que je vais devoir attendre un an ( n'est-ce pas ?)
Aussi, j'ai bien aimé la petite phrase de l'auteure nous invitant à donner notre avis sur son livre .. Et bien, Marie Vareille, Elia, Passeuse d'Ame est, pour moi, un ENORME COUP DE COEUR.


12 août 2016

"La vague" - Todd Strasser


Chez : Pocket (2013) 
Genre : Contemporain 
Selon nous : A partir de 13 ans

Résumé : "Cette histoire est basée sur une expérience réelle qui a eu lieu aux Etats-Unis dans les années 1970.
Pour faire comprendre les mécanismes du nazisme à ses élèves, Ben Ross, professeur d'histoire, crée un mouvement, la Vague, aux slogans fort : "La Force par la Discipline, la Force par la Communauté, la Force par l'Action". En l'espace de quelques jours, le paisible lycée californien se transforme en microcosme totalitaire : avec une docilité effrayante, les élèves abandonnent leur livre arbitre pour répondre aux ordres de leur nouveau leader, lui-même totalement pris par son personnage.Quel choc pourra être assez violent pour réveiller leurs consciences et mettre fin à la démonstration ?"















MON AVIS

Anaëlle ★★★☆☆
J'entends parler de ce livre depuis des années, et lorsque je suis tombée par hasard dessus, en magasin, je me suis dis que c'était peut être l'occasion d'enfin le lire ! Je connaissais l'histoire globale, mais j'ignorais que c'était tiré d'une histoire vraie, et lorsque j'ai lu cela dans l'avant propos, j'ai trouvé que ça donnait une dimension encore plus importante à l'histoire.

Dans ce roman, Ben Ross, le professeur, se retrouve dans l'incapacité de répondre correctement à une question de ses élèves, à savoir : comment les Allemands ont-ils pu laisser les nazis massacrer des millions de personnes, sans intervenir ? Afin de les aider à trouver eux-mêmes la réponse, le professeur décide de mettre en place une expérience, et s'auto-proclame leader d'un nouveau mouvement : la vague.

On découvre cette histoire à travers le point de vue de trois personnages en particulier : Ben, le professeur, et deux élèves, Laurie et David. David, lui, adhère dès le départ à La Vague, tandis que Laurie est la première à émettre des doutes, et des craintes à ce sujet.

J'ai trouvé ce roman à la fois très intéressant, mais également très effrayant. C'est impressionnant de voir à quel point les élèves sont très rapidement réceptifs à l'autorité, aux nouvelles règles (aussi absurdes soient-elles) et à quel point il est simple de transformer un simple mouvement en idéologie. Au début de l'expérience, j'ai moi-même eu un peu de mal à voir ce qu'il y avait de réellement néfaste dans le mouvement mis en place. L'expérience se déroule sur une semaine seulement, et pourtant, La Vague prend des proportions incroyables.

Des questions très importantes sont posées dans ce roman. On rappelle l'importance de la liberté individuelle, du libre arbitre et surtout de l'esprit critique. On met également en avant les risques de la pression de groupe.

J'ai un peu regretté que le roman soit si court. Il fait à peine plus de 150 pages, et je pense que le sujet aurait pu être traité davantage en profondeur. Je trouve également dommage que l'auteur se soit inspiré du téléfilm La Vague, diffusé en 1981 (que je n'ai pas encore vu, mais ça ne saurait tarder), plutôt que des véritables notes du professeur qui a organisé l'expérience dans les années 70, puisque du coup, ce roman n'est qu'une adaptation d'une adaptation des faits réels.

Toutefois, le message reste très clair, et, à mes yeux, très important. C'est un livre qui se lit très facilement, et je pense que tout le monde devrait le lire. Un indispensable pour moi !

6 août 2016

"Les Yeux du Dragon" - Stephen King



Chez : Flammarion (2016)

Genre : Fantasy, Jeunesse
Selon nous : A partir de 11 ans

Résumé : "Il était une fois un roi qui vivait dans le Royaume de Delain, avec ses deux enfants. 
Dans ce royaume, tout le monde parlait de Peter, le futur Roi, le fils aîné de Roland. 
Mais un homme se demandait comment s'assurer que Thomas, le cadet, soit couronné à la place de son frère. Cet homme, c'était Flagg, le magicien du Roi ...

(Ce résumé est celui qui se trouve sur la quatrième de couverture de l'édition Flammarion, que j'ai acheté. Cependant, ce n'est pas le résumé que l'on trouve sur internet, ou sur les autres éditions, mais j'ai choisi celui là, car c'est avec lui que j'ai découvert ce livre.) 









MON AVIS 


Anaëlle★★★★☆
Avant ce roman, je n'avais encore jamais lu de Stephen King. Quand je suis tombée sur cette magnifique édition de Les Yeux du Dragon, j'ai eu envie de me lancer avec celui là. D'abord parce que c'est un roman jeunesse, et qu'il serait sûrement rapide à lire, et ensuite parce que cela s'annonçait comme de la fantasy, et non pas comme un roman d'horreur, ce qui convenait davantage à la trouillarde que je suis !

C'était une lecture assez différente de ce que à quoi je m'attendais, mais j'ai beaucoup apprécié. Le roman est écrit sous la forme d'un conte. Le narrateur se définit d'ailleurs lui-même comme un conteur. Il n'est pas un personnage de l'histoire, mais parle de lui à la première personne, et s'adresse souvent au lecteur. C'est un narrateur omniscient, et cela permet d'avoir le point de vue de tous les personnages, même celui de l'abominable Flagg.

La structure du roman est assez particulière : les chapitres sont très courts, (parfois à peine plus d'une page), ce qui permet une lecture assez rapide. Le début du roman est toutefois un peu long, car il y a peu d'action. En fait, le narrateur prend le temps d'expliquer les circonstances qui ont conduit à l'intrigue principale. C'est parfois un peu déroutant, car afin d'expliquer le point de vue de chacun, le narrateur fait souvent des retours en arrière dans l'histoire, et on a peu l'impression d'une avancée laborieuse dans l'histoire. Cependant, une fois l'intrigue installée, les choses s’accélèrent, et c'est vraiment très plaisant à lire.

J'ai beaucoup aimé le fait qu'il n'y ait pas réellement de personnage principal. Il y a bien sûr, le Prince Peter, et son frère Thomas, ainsi que Flagg et le Roi Roland, mais ils ne sont pas spécialement sur le devant de la scène. D'autres personnages, comme Denis le majordome, ou Ben, l'ami de Peter, sont tout aussi importants à l'intrigue, et tout aussi attachants que les personnages dont on fait mention dans le résumé. Chaque personnage a vraiment un rôle crucial, et aucun n'est en trop.

L'histoire est assez manichéenne, il y a les bons d'un côté, et les méchants de l'autre, mais ça ne m'a pas dérangé, car finalement, cela convient assez bien à l'aspect "conte" que l'auteur a voulu donner à son histoire. J'aime aussi beaucoup aimé l'univers, et l'ambiance : un royaume aux aspects médiévaux, et une intrigue qui se déroule souvent lors des soirs de tempête, avec le vent qui hurle, et la neige qui tourbillonne. Je regrette un peu de ne pas avoir lu ce roman en hiver !

Pour finir, j'ajouterai que j'ai également trouvé certains passages très émouvant. Le personnage de Thomas m'a particulièrement touché, ainsi que la loyauté, l'amitié, et l'amour dont font preuve certains personnages.

C'est un roman que je recommande sans hésiter à ceux qui seraient à la recherche d'une histoire pleine de mystère, de complot, de magie, mais également de courage, d'ingéniosité, et de loyauté. De plus, l'objet livre vaut vraiment le coup : il y a de nombreuses illustrations dans le roman, et elles sont vraiment belles ! 


                  

3 août 2016

"Les Loups chantants" - Aurélie Wellenstein


Chez : SCRINEO (2016)

Genre : Fantastique, Aventure

Selon nous : A partir de 13 ans

Résumé :  "Frappée par une maladie rare, la peau de Kira se couvre de glace. Dans quelques jours, la jeune fille sera devenue une statue, prisonnière de son propre corps.

Pour la sauver, son frère, Yuri, s'élance avec son attelage de chiens de traîneaux à travers les mille kilomètres de steppes glacées qui les séparent l'hôpital.

Mais aussitôt partis, une meute de loups aux pouvoirs étranges les prend en chasse. Les prédateurs s'infiltrent dans l'esprit du jeune homme, et la louve de tête lui souffle alors un terrible secret : elle est Asya, son amour perdu. Celle qu'il croyait morte depuis longtemps."











MON AVIS
Amandine : ★★★☆☆

J'ai découvert ce livre au Festival Les Imaginales, il y a quelques mois.
Lorsque j'ai vu la couverture et le titre, je me suis dit "je DOIS le lire !". En effet, je suis une incommensurable fanatique des Loups ! Mon amie Anaëlle pourrait en témoigner ... Depuis ma plus tendre enfance, je voue un culte à ces animaux. Alors, évidemment, le moindre ouvrage qui révèle leur présence, passe entre mes mains. Mais, cet amour infini pour les Loups fait de moi une lectrice très exigeante. Par exemple, je suis totalement opposée aux ouvrages qui mettent en scène l'agressivité, la dangerosité ou encore la cruauté ( totalement inventée ) des Loups. En somme, je suis contre les livres, les histoires qui perpétuent ces mythes. Le Loup est suffisamment stigmatisé de nos jours ...
C'est en lisant le résumé (et le titre évocateur) que j'ai donc pensé que ce livre allait me plaire.

Tout d'abord, j'ai beaucoup apprécié le style d'écriture de l'auteure. Elle décrit les sentiments des personnages avec exactitude; le lecteur ressent facilement les mêmes émotions que le personnage principal, Yuri. Dans son ouvrage, l'auteure semble mêler action et poésie.
L'univers du livre m'a rappelé deux sagas que j'ai adoré ; Les Chroniques des Temps Obscurs de Michelle Paver et Le Peuple des Rennes de Megan Lindholm alias Robin Hobb. 

Néanmoins, j'ai rencontré quelques difficultés à situer l'époque, j'ai eu du mal à visualiser l'histoire dans un univers contemporain, actuel. Peut-être à cause de mes précédentes lectures dans lesquelles les personnages vivent à la Préhistoire (il me semble). 

J'ai bien aimé la présence  des animaux comme étant des personnages au même titre que les humains. Ici, les chiens jouent un rôle important et je trouve cela intéressant

L'ambiance générale du livre est particulière, presque angoissante. La magie et le surnaturel se mélange à la réalité. Tout comme les personnages, le lecteur se retrouve perdu entre les deux "mondes". 

Malheureusement, je ne me suis pas réellement attachée aux personnages. Et j'ai trouvé que le dénouement est arrivé trop vite. 

Pour ma part, le point fort de cet ouvrage est la beauté avec laquelle l'auteure décrit les Loups. Pour être honnête, j'ai moi même écris quelques lignes sur ces animaux et il semblerait que les amoureux des Loups sont sur la même longueur d'onde ..! Aurélie Wellenstein leur fait hommage, avec noblesse. 

Les Loups Chantants est un ouvrage qui se lit très bien, qui permet au lecteur de plonger dans un univers plein d'aventure, de doute, de fraternité et d'amour.